La 5G sera, selon les spécialistes, un élément majeur de transformation de la société et de l’économie avec des applications dans l’ensemble des services : transports, énergie, santé, médias et production industrielle.

 

Déployée commercialement à partir de 2020 en France, la 5G se distingue des précédentes générations par ses usages possible. En plus des communications téléphoniques et accès à l’internet, elle intègre certains usages dits « verticaux » applicables pour ne citer que les premiers exemples aux secteurs de la santé, des voitures autonomes ou de l’industrie manufacturière, … Les forts besoins en connectivité qui sont rattachés à ces applications nécessitent l’ouverture d’une gamme des fréquences inédite en couverture terrestre (utilisation de fréquences dites millimétriques) et une évolution de l’architecture des réseaux mobiles (déploiement des petites antennes et emploi d’antennes intelligentes).

 

De nombreux défis se profilent ainsi pour l’ANFR, l’Agence Nationale des Fréquences.

 

ANFR est chargée de l’identification et l’harmonisation de nouvelles bandes de fréquences 5G. Elle devra aussi accompagner le déploiement des nouvelles antennes, organiser la concertation avec l’ensemble des acteurs, initier les débats, l’information vers les publics et superviser l’adaptation des protocoles de mesures d’exposition des personnes.

Vous souhaitez partager cet article ?