Après Paris, Marseille et Nantes, c’est au tour de Bordeaux de déployer les capteurs de l’observatoire des ondes.


C’est dans  la cité girondine, à l’initiative de l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) et en partenariat avec la Ville de Bordeaux qu’EXEM a installé récemment ses trois premiers capteurs. Objectif : dans un contexte du déploiement de la 5G sur le territoire national et avant l’arrivée du réseau à Bordeaux, ce « service pilote » permettra de réaliser des mesures, en vue de superviser l’évolution des niveaux d’exposition aux ondes électromagnétiques.

Désormais bénéficiaires de l’Observatoire des Ondes, les habitants de Bordeaux qui le souhaitent pourront accéder en continu à l’ensemble des résultats mesurés à partir du site www.observatoiredesondes.fr. Conçu et développé par EXEM, rappelons que ce dispositif de contrôle des ondes a pour vocation d’accompagner les collectivités pour leur permettre d’apporter des réponses aux questions du grand public sur leur exposition aux ondes électromagnétiques. Il est basé sur le déploiement d’un réseau de capteurs communicants très bas débit qui rendent les données accessibles au fur et à mesure (plusieurs mesures sont réalisées quotidiennement). Un outil de transparence qui répond avant tout aux préoccupations des bordelais, comme le souligne Delphine Jamet, adjointe au maire de Bordeaux, chargée de l’administration générale, de l’évaluation des politiques publiques et de la stratégie de la donnée, qui mise avant tout sur la responsabilité de chacun. « Nous souhaitons mettre en place cet observatoire des ondes pour pouvoir comparer les taux d’exposition avant et après la mise en route de la 5G ».

Dans le contexte de transformation digitale très rapide de notre société, l’Observatoire des Ondes est un outil impartial et fiable pour éclairer le débat sociétal qui oppose les enjeux de développement économique aux préoccupations environnementales et de santé publique.

 

Vous souhaitez partager cet article ?